Presse

Cool, on parle de nous ;)

L

es techniques pour nettoyer votre e-Reputation



Photos dérangeantes, atteintes à la vie privée, diffamation…



Votre profil sur la Toile est pollué ? Pas de panique, vous pouvez parfaitement rectifier votre image. Ces quelques conseils devraient vous y aider.


A l'Elysée, c'était dégueulasse !» Tel le sparadrap du capitaine Haddock, ce commentaire gastronomique risque d'empoisonner longtemps la vie de Nicole Bricq. La faute au Web, à sa propagation virale et à sa mémoire d'éléphant… Désormais, les premières pages de Google consacrées à l'ex-ministre du Commerce extérieur se résument à cette bourde lâchée au lendemain du somptueux dîner d'Etat donné en l'honneur du président chinois Xi Jinping. Bien entendu, la malheureuse ignorait qu'elle était filmée et que ses confidences seraient immédiatement mises en ligne. Une sacrée tuile pour madame Bricq…

Rassurons-la. Si elle le souhaite, elle peut encore rattraper le coup en faisant appel à des professionnels. Depuis quelques années, des sociétés spécialisées dans l'e-réputation se sont multipliées en France, et elles croulent sous les demandes. Leur job ? Effacer les photos, vidéos ou messages compromettants qui salissent l'image numérique de leurs clients. Elles ont de quoi faire : à l'heure où Internet est devenu la première source d'information des chasseurs de têtes et des DRH, des milliers de candidats à l'embauche rêvent de faire disparaître les traces indésirables qu'ils laissent sur la Toile. «Une directrice du marketing nous a par exemple récemment de mandé de l'aider à extirper du Web une photo d'elle en petite tenue que son ex-mari avait mise sur Facebook», témoigne Albéric Guigou, cofondateur de l'agence reputation-mavieprivee.fr, l'une des pionnières du genre.

Pour blanchir les images, ces pros n'hésitent pas à faire feu de tout bois. Lorsque les rumeurs relèvent de la diffamation ou de l'atteinte à la vie privée, ils privilégient naturellement la voie judiciaire.


«Avant de porter plainte, nous essayons toujours de passer un accord amiable auprès des sites concernés, indique Guillaume Sessa, fondateur de mavieprivee.fr. C'est souvent beaucoup plus rapide et plus efficace.» Les spécialistes de l'e-réputation misent aussi sur la technique du «flooding» (inondation). (Note ** - Comme expliquer ici )Il s'agit d'organiser la diffusion régulière à gros débit d'éléments positifs, afin qu'ils apparaissent en haut des pages des moteurs de recherche.


Ce travail de longue haleine peut prendre des mois et réclame un savoir-faire très pointu.



Soigner son image sur le Net, combien ça coute


reputation-mavieprivee.fr
reputation-mavieprivee.fr,
Suppression de liens obsolètes non souhaités sur Google (texte, image ou vidéos) grâce à l'obtention de leur désindexation sur le moteur de recherche par mavieprivee.fr
750€ Suppression de liens obsolètes non souhaités sur Google (texte, image ou vidéos) grâce à l'obtention de leur désindexation sur le moteur de recherche mavieprivee.fr
reputation-mavieprivee.fr,
reputation-mavieprivee.fr,


lire l'article en entier :

Les techniques pour nettoyer votre e-Reputation --flooding - mavieprivee.fr by mavieprivee.Fr

Olivier Drouin
Source : Capital - Mai 2014

Quelques remarques rapides

Mavieprivee.fr réalise bien évidement du flooding ou "enfouissement d'informations compromettantes". Notons au passage que le terme "Flooding" dans le domaine de la eReputation est utilisé par mavieprivee.fr depuis...2010.
A notre connaissance, nous ne l'avions pas lu auparavant...
A l’époque je cherchais à trouver des noms de produits cours, en anglais et imagés pour illustrer mon activité. Kill This / Clean This / Flood This...

Je reviendrai plus tard sur ce tableau de prix.
En attendant merci de prendre connaissance des prix pratiqués par mavieprivee.fr en cliquant ici
En outre conformément à l'éthique du projet , mavieprivee.fr fonctionne à la "performance" pour les services de suppression de données et de Flooding :
- Nous vous demandons un acompte de 30% du montant total avant le lancement de l’intervention.
- Puis nous vous facturons la totalité de notre intervention, mais seulement si le résultat est atteint.

P

ourrie sur le Net par un ex


Une femme tape sur un clavier d’ordinateur (Adikos/Flickr/CC)

« Je pleurais seule devant l’ordinateur »



...Devant l’ampleur de la diffusion du texte, Valérie est abattue. Elle en parle à quelques membres de sa famille proche et une poignée d’amis. Elle écrit à Google et YouTube, remplit « des formulaires complexes » que même ses « copains qui connaissaient l’informatique » avaient du mal à compléter...»
Elle appelle également des structures spécialisées dans le nettoyage d’e-réputation. Plusieurs lui proposent de payer 200 euros d’emblée mais d’autres suggèrent de « patienter quelques semaines que les liens redescendent ». Mais Valérie n’a pas envie d’attendre :»

« Quand ça vous arrive, vous n’êtes pas patient du tout. Vous voulez que cela disparaisse immédiatement. J’explosais, j’avais l’impression que l’on me regardait différemment. Parfois les liens descendaient puis remontaient dans le référencement huit jours plus tard. A moment-là, je n’en pouvais plus. Je vérifiais matin, midi et soir si les liens partaient. Je pleurais seule devant l’ordinateur. »

Elle entre dans une période de détresse proche de la dépression. « Heureusement », elle est dans une période d’inactivité professionnelle et « l’affaire » n’a pas d’impact direct sur son travail.»
»
« Il y a eu un moment où l’on tapait le nom de mon lieu de travail et on voyait mon nom et le texte de la vidéo apparaître. »

Les liens commencent à redescendre...



Elle a recours à un site qui s’occupe du nettoyage d’e-réputation,MaViePrivee.fr les inscriptions sont temporairement closes, qui agit pour les particuliers et leur propose de payer ce qu’ils veulent. « Ils ont contacté les sites pour effacer les informations et créé des tas de pages me concernant sur les réseaux sociaux pour étouffer les liens. Et effectivement les liens ont commencé à descendre. » ... Après six mois de bataille, il ne restait que deux sites comportant ces informations. Valérie entrevoit le bout du tunnel avec un certain soulagement tout en sachant que les démarches prendront encore un certain temps pour l’un des deux sites : ...

lire l'article en entier « pourrie » sur le Net par un ex
Rodolphe Baron
Source : Rue89 02/06/2012

Merci Valérie pour ce témoignage.

Je tiens à remercier vraiment Valérie pour ce témoignage. Je sais à quel point il est compliqué pour les membres de mavieprivee.fr de témoigner de leur mésaventure.

Avec Valérie, nous étions typiquement dans un cas urgent; nécessitant bien évidement des opérations de suppression de données, mais également la mise en place de campagne de Flooding
pourquoi?
Simplement parce que dans certains cas on ne peut pas attendre que la suppression soit effective il faut agir encore plus vite !

Pour en savoir plus le flooding, je vous invite à vous rendre sur la page suivante : http://www.mavieprivee.fr/flooding.html
Guillaume

E

coutez, Regardez... On parle de nous





Interview de Guillaume Sessa fondateur de mavieprivee.fr
15-11-2010 - MCE TV

O

n maîtrise son identité numérique.

"Je voudrais que vous tous fassiez attention à ce que vous postez sur Facebook parce qu'à l'époque de Youtube, quoi que vous fassiez, on vous le ressortira à un moment ou un autre de votre vie ". Cette petite phrase est signée Barack Obama qui, en septembre dernier, mettait ses jeunes concitoyens en garde contre les traces laissées sur la toile. Car quand on cherche un emploi, ça peut faire mal. Une E-réputation, ça se travaille. CQFD !"

On paramètre son profil Facebook :

Interdisez aux recruteurs l’accès à votre mur, vos albums et les photos sur lesquelles on vous "tag". Ils n’ont pas besoin de vous voir dans l'intimité ! Utilisez donc les différents niveaux d’accessibilité pour ne leur laisser voir que votre page d’informations. Vous éviterez aussi d’insulter sur votre Wall le DRH qui n’a pas retenu votre candidature : vous ne savez pas qui connaît qui ! En revanche, vous pourrez indiquer dans votre statut que vous êtes en recherche d’un poste. Et laissez la magie du réseau opérer…

On nettoie son égo virtuel :

D’après une étude américaine (Carrerbuilder.com), 45% des recruteurs scrutent le Web pour trouver des informations sur les candidats à l'embauche. Alors si vous avez créé un blog autour d’une passion qui a un rapport avec votre métier, n’hésitez pas à le mentionner sur votre CV. En revanche, s’il est consacré aux sex toys, utilisez un pseudo ! Commencez par vous "googler" pour voir ce qui ressort sur vous dans la recherche. Vous avez remarqué des choses à votre sujet qui vous décrédibilisent ou sont incorrectes ? Contactez directement le webmaster du site en question. Si ce n'est pas assez efficace, faites appel à un "nettoyeur" professionnel. > Notre coup de cœur :  www.mavieprivee.fr  !

Les conseils de Jacques Froissard

- Ne devenez jamais "friend" directement avec des recruteurs mais inscrivez-vous aux groupes des cabinets de recrutement ou de l’entreprise qui vous intéressent. Vous pourrez alors faire des commentaires et poser des questions sans être trop intrusif. - Ne donnez pas trop de détails persos sur votre page d’informations. Un recruteur n’a pas à savoir que vous êtes célibataire avec un enfant à charge... Cela pourrait fausser son jugement !
Ludivine Le Goff
Source : Auféminin.com 18/02/2010

I

nternet : mieux gérer sa vie privée

1. Le débat est ouvert

Nombreux sont les internautes regrettant de voir des données les concernant disponibles en ligne aux yeux de tous. Proposées aussi bien par les premiers concernés que dénichées par les moteurs de recherches, ces informations semblent gravées dans le marbre numérique sans modification possible. On peut pourtant les identifier et éliminer les plus gênantes.

Nathalie Kosciusko-Morizet a initié le débat en décembre dernier. Pour la secrétaire d’État, ce droit à l’oubli numérique, un thème finalement presque philosophique, est essentiel pour chaque internaute. Tout le monde devrait pouvoir avoir une maitrise directe sur les données le concernant et disponible aux yeux de tous. Dans cette optique NKM a ouvert sur son récent site une « Place publique » consacrée au sujet : vote, pistes ouvertes par la Charte sur le droit à l’oubli et partage d’idées. Les conclusions viendront nourrir la « loi sur le respect de la vie privée à l’heure des mémoires numériques » votée en première lecture au Sénat le 23 mars dernier.

Les exemples d’informations délicates circulant sur Internet sont nombreux : photo prise dans des circonstances peu reluisantes, propos tenus sur un forum plus assumés, coordonnées complètes compilées par des sites d’annuaires ou pire encore, vidéo érotique. Pour autant, certains spécialistes du Web, minoritaires, combattent cette idée de droit à l’oubli, comme Yan Claeyssen, président d’ETO Digital, récemment dans une tribune. Pour lui « l'établissement d'un droit à l'oubli numérique est une fausse bonne idée ». Au-delà des questions de droit international (« les données sont hébergées dans plusieurs serveurs souvent dispersés aux quatre coins du monde »), c’est d’un point de vue philosophique que cette notion lui pose problème, car elle « pourrait rapidement être assimilée à un droit de dire et de faire n'importe quoi sur l'ensemble des médias digitaux ».

Dans le prolongement de ce débat de fond, l’internaute peut déjà actionner plusieurs leviers pour maitriser les données le concernant sans attendre l’adoption définitive d’une loi. Pour cela il faut d’abord limiter ses traces laissées sur le Web.

7. L’éducation numérique au coeur des enjeux

On l’aura compris, plus qu’une question de suppression des données, l’identité numérique est surtout une question d’usage et donc d’éducation, tous les professionnels de ce secteur encore naissant sont d’accord. La loi du 23 mars 2010 risque en effet de ne pas être très efficace face à un Web internationalisé par nature.

Elle promet toutefois un volet éducatif consacré « aux dangers de l'exposition de soi et d'autrui sur Internet ». Un enjeu majeur à l’heure des « digital natives » élevés avec Facebook qui devient ainsi peu à peu la nouvelle norme de vie privée. « Deux générations s’affrontent ici, l’ancienne pour qui détenir l’information représentait le pouvoir et la nouvelle qui pense que ce dernier appartient à ceux qui la diffusent » confirme Ludovic Baumgartner.

C’est aussi l’avis de Stéphane Tauziede qui pense qu’une loi française ne sera pas suffisante « tout simplement parce que les données sont hébergées sur des serveurs se trouvant partout dans le monde. » Ce que confirme Guillaume Sessa : « Il ne faut surtout pas diaboliser Internet, mais au contraire mettre l’accent sur le manque de pédagogie le concernant. Il ne faut pas oublier que derrière son écran se trouvent des entreprises qui vivent de l’information qu’on leur donne. »

lire l'article en entier Internet : mieux gérer sa vie privée
Jean-Sébastien Zanchi
Source : Tom'sGuide 30/04/2010

F

aites-vous une nouvelle réputation sur le net

François Couland
Source : Téléstar 17/30 Avril 2010

B

onne réputation

La réputation numérique a la vie longue et elle fait les beaux jours des recruteurs et autres chasseurs de tête.
Ils sont 77% à embaucher via le Net et 35% d'entre eux auraient rejeté les candidatures ou le candidat apparaît en de shocking postures ! Les mauvaises surprises foisonnent sur la toile aux dépens d'internautes de bonne foi. Or, à l'heure de la globalisation numérique, mieux vaut se protéger. C'est ce que propose lc site internet  www.mavieprivee.fr , inscrit à la Cnil. L'internaute en- voie par mail l'adresse des sites qui malmènent son image, et les gérants de mavieprivee.com font le ménage. Ils s'emploient alors à effacer toutes les photos et tous les propos malfaisants en entrant en contact avec les sites et en leur faisant valoir les cadres juridiques contraignants du droit à l'image.

Et ça marche. Le tout jeune site croule sous les demandes en tout genre (une cinquantaine par jour), comme celle de supprimer complètement un compte Facebook, chose très difficile à réaliser pour un néophyte. Ils peuvent aussi faire disparaître un ancien CV ou des propos diffamatoires. Tout comme des images ct des vidéos prises dans l'intimité d'internautes déconfits de se retrouver exposés à lii vue de tous dans le monde entier. Les mêmes peuvent retrouver sur le réseau des propos sortis de leur contexte, une photo anodine shootée un soir d'anniversaire arrosé, des clichés de leurs enfants ou encore d'anciennes prises de vue datant d'un militantisme effréné pour le naturisme l'époque d'une insouciante jeunesse.
Ç.M.
Source : Le Nouvel Observateur 14/01/2010


L

e site qui offre l'oubli numérique

Il y a quelques mois, Guillaume Sessa, 29 ans, a reçu des coups de fil d’inconnus sur son portable. "Des employeurs m’offraient du travail pour mon ancien métier, que je n’exerce plus depuis longtemps", explique-t-il. Etonné, il fait son enquête. "J’ai retrouvé un vieux CV mis en ligne il y a sept ans, je l’avais totalement oublié. J’étais gêné qu’on puisse encore avoir accès à mes informations personnelles et professionnelles."

Informaticien, Guillaume Sessa s’est refait une "virginité numérique". Il a supprimé tout ce qui pouvait le concerner sur la Toile et décidé d’en faire profiter les autres. "Avec mon ami Axel de Vignon, on s’était dit que l’on ferait quelque chose d’utile pour les gens avant nos 30 ans", dit-il.

A Noël, ils ont ouvert le site  www.mavieprivee.fr  qui offre gratuitement aux particuliers un nettoyage d’image et de contenu. "On peut le faire soi-même, mais il faut connaître le jargon informatique, poursuit-il. Il faut contacter les webmasters des sites qui hébergent les contenus à faire disparaître." Une aide précieuse pour empêcher parents, amis ou futurs employeurs de consulter des images ou des textes qu’on préférerait effacer de la mémoire collective…

Tout le monde se "googlise"

A force de surfer sur des moteurs de recherche, des forums ou des réseaux sociaux, on dépose sur la Toile des informations qui nous donnent une "identité numérique". "L’Internet fait partie de la vie réelle, poursuit Guillaume Sessa. Tout le monde se "googlise", veut apprendre des choses sur ses amis ou ses futurs partenaires, les employeurs se renseignent sur les candidats à l’embauche…" Mavieprivée.fr propose de supprimer cinq contenus par personne. "Et si c’est impossible pour des questions juridiques ou techniques, on oriente les internautes vers un avocat."

La question du respect de la vie privée en ligne intéresse aussi les politiques: une récente proposition de loi sénatoriale vise à connaître la durée de conservation des données et à obtenir leur suppression par un simple mail. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) réclame aussi le "droit à l’oubli" sur le Web.

C.L. - Le Journal du Dimanche
Source : Le Journal du Dimanche 02/01/2010
Article en ligne : ici

C

omment nettoyer sa web réputation

Comment nettoyer sa web réputation ? by mavieprivee.Fr

MC
Source : Marianne 03/09 juillet 2010

A

fficher sa vie sur le net sans perdre sa réputation



Mieux vaut prévenir

Alors, quels sont les bons réflexes à adopter pour protéger son intimité ? D’abord, faire attention à ce qu’on diffuse, bien sûr : photos d’enfants, souvenirs de fiestas extrêmes, opinions tranchées, critiques professionnelles et coordonnées personnelles sont à proscrire. Autre évidence: «N’accepter dans son réseau que les gens en qui on a vraiment confiance, changer régulièrement ses mots de passe et vérifier les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux», comme le préconise Lucile Merra (1), consultante en médias sociaux, professeure-intervenante au Celsa. Il faut aussi tester les portes de sortie: «Quand on veut s’inscrire à un site, le mieux est de commencer par le faire sous un faux nom, afin de voir si on peut s’en désinscrire facilement », conseille Guillaume Sessa, fondateur du site Mavieprivée (2).

1.Son agence : www.eureka-eureka.com.
2. www.mavieprivee.fr.
Source : Marie Claire 07/01/2011


Afficher sa vie sur le net sans perdre sa réputation by mavieprivee.Fr

P

rofession :nettoyeur du Net




Internet est doté d’une énorme mémoire ! Il est pourtant possible de faire disparaître du réseau mondialisé des informations gênantes.

INTERVIEW Guillaume Sessa, fondateur du site Mavieprivee.fr

Quels types de demande recevez-vous ?
Guillaume Sessa : On nous sollicite pour supprimer des informations confi dentielles, diffamantes… Exemples : un homme d’affaires voulant faire disparaître des archives un article de presse, une victime de chantage par webcam, des adolescents piégés sur Facebook…

Comment procédez-vous ?
Concernant Facebook, on les aiguille car on n’a pas le droit d’agir pour eux. Dans les autres cas, on essaie d’abord de supprimer l’info ou de la modifi er en contactant le site. Par exemple, on demande que le nom de la personne soit remplacé par ses initiales. Il vaut mieux agir vite, à la source. La loi Informatique et Libertés pose de bonnes bases pour cela. Mais le « nettoyeur » n’est pas un avocat, il ne fait pas les démarches juridiques. L’info reste ensuite indexée dans les moteurs de recherche. La suppression se fait naturellement quand le moteur de recherche met à jour ses index, ce qui peut être long. Nous les contactons donc pour les presser un peu.
Plus il y a de liens à « purger », plus la démarche est compliquée et longue.

www.jeunes.cnil.fr
www.netpublic.fr
www.mavieprivee.fr
S. Le
Source : L'actu www.playbacpresse.fr. 28/12/2011.



Q

uelques conseils toujours utiles

1/ Si je ne sais pas me désinscrire, je ne m’inscris pas ! Avant de m’inscrire sur un site, je vérifie que je sais me désinscrire. Je lis les conditions d’utilisation ou cherche un moyen de contact avec le site. Je teste le site avant de m’inscrire réellement : Pour tester un site, rien ne m’empêche d’utiliser des données qui ne m’identifient pas directement.

2/ Si je ne sais pas supprimer, je ne publie pas ! Avant de publier une réaction ou tout autre contenu, je sais comment le supprimer. Je teste avant de publier : rien ne m’empêche d’utiliser des données “lambda”

3/ Je cesse de donner mes informations personnelles. Je suis malin, j’utilise une adresse mail non nominative et je choisis d’utiliser un pseudo plutôt que mon nom.

4/ Je ne signe pas n’importe quoi, n’importe où. Si je signe une pétition en ligne, je dois bien avoir conscience que mon nom restera associé à cette pétition dans les moteurs de recherche. Je privilégie les sites qui masquent mes informations nominatives.

5/ Je nettoie régulièrement mes informations. Je supprime régulièrement les photos et posts inutiles sur mes comptes. Ca me permet de contrôler et me facilite la vie le jour où je veux tout supprimer.

6/ Je choisis attentivement mes amis et mes groupes Etudiant a la recherche de mon premier job, j’évite de poster des commentaires sur le groupe « je glande et j’assume ». Ca donne un effet moyen auprès des employeurs… Je décide de ne plus être ami avec n’importe qui. Derrière la jolie photo peut se cacher, un recruteur, un employeur, un ex, ou “simplement” un voyeur.

7/ Je suis prudent lorsque je suis filmé ou photographié: Amis ou pas je demande pourquoi ? pour qui ? comment ? Histoire de ne pas me retrouver sur YouTube ou Flickr sans le vouloir.

8/ Je ne me mets pas en danger : Pas de séances de webcam dénudées, pas d’informations personnelles données à tort et à travers, pas de règlements de compte en ligne pour un oui ou pour un non…

9/ Je fais régulièrement des recherches sur moi. C’est important de savoir ce qu’on peut dire de moi sur Internet ou de gérer mes trâces…

10/ Et surtout, je continue à utiliser Internet Mais, je dois me poser des questions, comprendre les conséquences de mon clic, dans le doute, ne pas faire ce qui me mettrait en danger.

comments powered by Disqus
 
Nous sommes tous acteurs d’un web utile, simple à utiliser, mais aussi difficile à contrôler.
Aujourd’hui, il est indispensable de savoir gérer les traces que nous laissons sur Internet.

Désormais, MaViePrivée peut vous aider à agir !